Innoveducation

Sur les pistes du changement pour l'école

Enquête suédoise / (2) Un État sur-protecteur ?

Le Soleil qui perce à travers ma fenêtre confirme que le jour termine tard et se lève tôt ici à Göteborg. De plus, la nuit a été courte pour beaucoup de Suédois : ces derniers sont sortis victorieux la veille au concours de l’Eurovision ! C’est mi-fiers, mi-amusés que m’accueillent Caroline et Stefan, au petit déjeuner du dimanche matin. Je leur livre mes premières impressions sur le type de relation si différent qu’il me semble exister entre adultes et enfants en Suède.

Sur ce point, pas de mystère : Caroline et Stefan tombent d’accord sur l’existence d’une règle implicite. En effet, « lorsque l’on voit un adulte s’énerver sur un enfant ou mal lui parler, nous avons le devoir de lui demander d’arrêter ». Ainsi la Suède aurait peu à peu évolué vers une société prenant, dans leur globalité, la charge de tous les enfants. C’est ce qui se cache derrière le slogan affirmant une politique publique « pour l’enfant, dont tous les besoins sont pris en compte » : chaque adulte serait ainsi responsable de l’attitude générale des ses pairs à l’égard des enfants, considérés sans défense. Tentant d’imaginer la scène, je confie à Caroline qu’un adulte qui souhaiterait faire ce type de remarque à un parent français, se permettant ainsi de juger son comportement risquerait fort de se faire renvoyer dans ses buts ! Caroline sourit et confesse que ce serait sans-doute la même chose en Suède… Mais ceci signifie surtout qu’elle n’a jamais eu l’occasion de l’expérimenter. Parce qu’elle n’a pas osé ? Ou simplement parce qu’elle n’en a pas eu l’occasion ? Il semble que la pensée visionnaire d’Ellen Key, écrivain du début du XXe siècle, flotte encore largement sur les mœurs de ce pays nordique.

Il faut dire que les choses en Suède vont bien plus loin que cette règle tacite. En effet, comme le reportage d’Arte que je signalais hier le soulignait, il existe en Suède depuis 1979 une loi sur l’interdiction de la fessée. Ainsi, un parent surpris en train de « maltraiter » un enfant ou dénoncé comme tel, encourt une amende voire même une peine de prison. « Dans une démocratie libre comme la nôtre, on utilise des mots comme arguments et non des coups. Si nous ne pouvons pas convaincre nos enfants par des mots, nous ne les convaincrons jamais par la violence » furent les propos d’un député pour convaincre les derniers récalcitrants au moment du vote. Protéger les enfants contre leurs propres parents ? Cette décision est à l’image de la plupart des mesures mises en place par un État définitivement concentré sur la cause enfantine : cours d’aide à la parentalité, congés maternité exemplaires (pas moins de 480 jours à partager entre le père et la mère, rémunérés à 80% de leur salaire et ce à prendre jusqu’aux huit ans de l’enfant), encouragement très suivi à l’allaitement, allocations, garde facilitée…


Même le vide grenier annuel de Majorna, quartier de Göteborg ne semble pas non plus être le lieu de caprices enfantins…

L’ensemble de ces politiques, remontant aux années 80 et 90, avaient pour but de faire face à une diminution de la natalité, due notamment à la libération des mœurs dans les années 60. En ce sens, ces politiques ne se sont pas uniquement centrées sur l’enfant mais aussi sur ses parents. C’est ainsi que l’égalité entre les sexes est également un enjeu très important : plusieurs mesures se sont attelées à la conciliation de la vie de mère de famille et sa vie professionnelle. Cependant, ainsi que me le souligne Stefan, à compétences égales, les salaires montrent encore une réelle différence entre hommes et femmes. Dans beaucoup de cas, il reste donc plus avantageux que la mère de l’enfant  choisisse d’interrompre son travail. C’est notamment ce que montrait cet article de La Croix.

Pour éduquer ses enfants, il faut donc leur parler, argumenter. Mais que faire lorsque la pression monte, que les bêtises s’accumulent et que l’adulte voit rouge ? Je questionne Caroline sur ce point qui… tente de rassembler ses souvenirs ! Elle finit par rire : peut-être ses enfants sont-ils trop sages ? Elle ne peut envisager une situation qui l’aurait poussée à bout. Caroline pense que sa famille est assez proche de la « famille moyenne » suédoise sur ce point. Stefan, lui, s’envisage volontiers un peu trop permissif… Il va me falloir partir à la rencontre d’autres familles pour pouvoir comparer !

Quelle relation entre cette vision de l’éducation parentale et l’éducation scolaire ? Caroline et Stefan sont tous deux enseignants, une chose à prendre en compte dans la considération de leur expérience de parents. Selon eux, les enfants suédois sont éduqués pour être plus ouverts à leurs émotions que les autres. C’est, selon Stefan, ce qui fait des Suédois un peuple particulièrement mélancolique ! Cette ouverture serait ainsi celle qui permet de s’adresser à l’enfant derrière l’élève… créant alors une inclinaison naturelle à une éducation qui valoriserait les progrès, les réussites, plutôt que de se focaliser sur les échecs et mauvais points. « C’est parce que je dis à un enfant que je sais qu’il en est capable qu’il prend confiance en lui et que naît notre respect mutuel », témoigne Stefan. Entraineur d’une équipe de foot (LE sport local à Göteborg qui accueille chaque année un championnat mondial pour les jeunes), il applique cette pensée à sa pratique.


La cérémonie religieuse de l’Ascension à laquelle participent les enfants vante les mérites de Fifi Brin d’Acier, héroïne locale…

De la cérémonie à l’Église célébrant l’Ascension sur fond de comédie musicale enfantine (featuring un singe marionnette endossé par le prêtre !) aux allées du vide grenier de quartier, il me semble voir des poussettes et des enfants partout… De plus, la décontraction de Caroline et Stefan face aux maladresses de leurs enfants me surprend souvent. « Ça ne servirait à rien que je m’énerve ! Comme tu as vu, elle a rapidement ramassé seule. » Comment ne pas voir uniquement ce que je souhaite voir ?


Afin de ne pas inculquer de stéréotypes sexués aux enfants, ce catalogue choisit de montrer filles et garçons dans d’autres situations !

Heureusement, mes lectures complémentaires sont là pour m’éclairer. Ainsi, le récent article de Slate sur le fameux pronom « neutre » (prochain combat de la Suède après la totale parité) s’interroge sur une réflexion trop poussée à propos de l’éducation : n’en vient-on pas à être des « adultes qui problématiseront l’existence des enfants dans ses aspects les plus dérisoires, que ce soit leurs manières de se faire des amis, le type de jeux [auquel] ils jouent ou le genre de chansons qu’ils chantent » ? De même, ce souci de l’État envers les enfants a-t-il une limite ? Caroline confesse un peu inquiète qu’il lui est arrivé de demander à ses enfants de mentir au dentiste qui est chargé de surveiller que les parents aident au brossage des dents plusieurs fois par jour et limitent la consommation de sucreries… Un témoignage largement partagé par celui-ci, recueilli par le journal La Croix.

D’autant plus que la Suède semble rencontrer des difficultés à exporter son modèle, comme le montrait ce billet dans le Monde Diplomatique en 2004 : l’interdiction de la publicité à destination des enfants en Europe n’a pas abouti. Que pensent les enseignants de ces inclinaisons sur le terrain ? Et quel poids de la politique, dont la couleur au pouvoir change assez régulièrement en Suède ? Autant de questions que nous tenterons de résoudre demain lundi, en visite dans une première école !

Et en bonus, quelques liens supplémentaires :
un article de Libération sur les enfants-rois suédois
une analyse intéressante sur Cairn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le mai 28, 2012 par dans Dossiers, Enquête suédoise, et est taguée , , , , , , , .