Innoveducation

Sur les pistes du changement pour l'école

Enquête suédoise / (6) À quoi ça sert d’imaginer des vêtements…

… si on peut rien faire dedans ? Ce slogan de la célèbre marque de vêtements française est celui qui me vient le plus spontanément à l’esprit lorsque j’observe les enfants jouer à l’extérieur. Les trottoirs ont beau être couverts de flaques, rien ni personne n’empêche ces enfants aux cheveux presque blancs de se rouler dedans ! Ils savent qu’une fois rentrés en classe, leurs bottes iront rejoindre les étagères à chaussures et qu’ils pourront se déshabiller très largement jusqu’à être parfaitement à l’aise… Un seul mot d’ordre : le confort de l’enfant qui apprend.

En Suède, l’école obligatoire commence à 7 ans. Avant cet âge, les parents qui le souhaitent peuvent emmener leurs enfants en « pre-school ». Si elle est considérée comme un équivalent de notre « maternelle », elle n’en possède pas le fonctionnement. Non-obligatoire donc payante, elle se rapproche plus de nos « accueils périscolaires » où les parents peuvent décider de ne pas mettre leurs enfants certains jours.


Une des nombreuses salles de jeu où les enfants peuvent construire des cabanes à loisir !

« Je pense que tu vas être surprise », me prévient Caroline, chez qui je suis hébergée et enseignante de la « pre-school » que je visite aujourd’hui, chez les 5/6 ans. En effet, si j’avais souligné dans un précédent billet que l’organisation de l’école primaire suédoise me rappelait plus nos écoles maternelles, il m’apparaît rapidement que les pre-schools suédoises n’ont pas grand chose de commun avec nos établissements maternelles très scolaires. Tout petits effectifs (une vingtaine d’enfants pour deux enseignants), une liberté de circulation totale pour les enfants, une scène à disposition, du matériel très varié en libre service, de nombreux espaces de jeux, oubli total du panoptisme (dieu français qui demande aux enseignants d’avoir en permanence un oeil sur chaque enfant)… L’emploi du temps est rythmé par les nombreuses sorties et différents rituels quotidiens auxquels les enfants prennent naturellement part : préparation des repas, dressage de la table, nettoyage…


Chez les « Requins », c’est au tour de Moses, 5 ans, de mettre la table.

« Nous pensons que les enfants ont besoin de beaucoup jouer, et ce au moins jusqu’à 6 ou 7 ans. » Comme je l’avais précédemment remarqué, notre école française m’apparaît très centrée sur la forme des travaux : les nombreux petits graffitis qui couvrent les fiches de travail des élèves, leur façon de se tenir à genoux sur leurs chaises (entre autres) ne passeraient pas aussi simplement dans les classes françaises que j’ai visitées. Une enseignante d’origine polonaise me confirme la même différence avec l’école de Pologne : « les parents là-bas n’accepteraient pas qu’on leur rende des enfants couverts de boue parce qu’ils ont joué sous la pluie. Ici, il n’y a pas de problème et c’est vraiment super ! »

 

 Est-ce parce qu’ici les hivers sont plus longs et rigoureux que l’on se focalise plus sur la fonctionnalité des vêtements que sur leur apparence ? Si cette donnée météorologique peut expliquer en partie cette différence, une autre caractéristique me semble importante à noter : « en Suède, nous souhaitons véritablement prendre en compte les émotions des enfants » insiste Ewa, enseignante de la pre-school. Stefan, mari de Caroline, évoquait déjà cela dès nos premières discussions et tous les enseignants rencontrés jusqu’ici m’ont confirmé cet angle d’approche. Comment cela se traduit-il ?
D’abord, cette considération moindre pour une forme formatée au profit de la parole de l’enfant. C’est ainsi que dans les écoles que je visite, et surtout en cette fin d’année scolaire, les « vernissages » (en français dans le texte), des expositions des productions, artistiques des enfants sont très courantes.
Ensuite, on n’hésite pas à toucher les enfants et à leur distribuer des câlins. Cependant, tout comme la tradition d’enlever ses chaussures qui étonne tant en France, il est important de replacer ce comportement dans son contexte : la majorité des Suédois se déchaussent à l’entrée de leur habitation et l’embrassade est moins proche que notre « bise » si latine !

Temps d’exposition à destination des proches à l’école Bild och Form.

Enfin, l’attention aux émotions de l’enfant est une préoccupation relativement commune. Je profite d’une de mes excursions en centre-ville pour visiter l’exposition de travaux de fin d’études de l’école de design de Göteborg. Cette école, qui possède un département consacré au design culturel destiné aux enfants, met en avant des réflexions particulièrement axée sur cette idée : propositions d’aménagement des salles de pédiatrie en hôpitaux, abats-jours changeants pour apaiser les enfants, déguisements pour exprimer ses émotions et les apprivoiser… Le bien-être de l’enfant est partout recherché avec un naturel communicatif. Le bien-être plus que la réussite éducative ? Elle est relativement peu évoquée, ou alors comme conséquence directe d’une sérénité et d’une confiance à rechercher dans un premier temps.


« The story of the forest » – A foldable textile wall for flexible rooms in public spaces par Annika Nilsson (Craft & Design Göteborg University)

Pour qui a déjà mis les pieds dans une école à pédagogie Montessori, les « pre-school » suédoises n’étonneront pas beaucoup. Cette priorité donnée au jeu semble réjouir les enfants et poser les fondements de la liberté que j’ai pu observer dans les classes supérieures.
Est-elle une condition nécessaire et suffisante à l’objectif de réussite éducative que se sont donnés les pays de l’OCDE ? Cet enrichissant voyage tire tout doucement vers sa fin, révélant de nouvelles questions tout aussi passionnantes que les quelques réponses qu’il a déjà apportées…

Un peu de navigation :
Le département « Child culture design » de l’Université de Göteborg (en anglais)
Les objectifs 2011 de l’OCDE en matière d’éducation
La « pre-school » en Suède (en anglais)
– Association « Montessori en France« 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s